Toutes les actualités

Bioinspir, la rigueur scientifique pour créer des traitements bio et naturels

Information mise à jour le 19/11/21

Observer le vivant pour s’inspirer de ses facultés à réparer : c’est ce que fait Bioinspir.

Claude Grison, la directrice de ChimEco et directrice scientifique de Bioinspir© Maugendre David

Claude Grison, la directrice de ChimEco et directrice scientifique de Bioinspir© Maugendre David

Créée en 2020 à Montpellier au sein du Biopôle Euromédecine, cette startup deeptech lauréate du concours d’innovation i-Nov et bénéficiaire de la Bourse French Tech Emergence qui a levé 1M€ seulement quelques mois après sa création et qui emploie déjà huit salariés, inaugure une filière totalement nouvelle, l’écocatalyse®. Ce procédé lui permet de transformer par synthèse chimique des substances ou matériaux non valorisables en l'état en produits biosourcés, naturels et commercialisables. 
 
Bioinspir s’appuie sur les travaux du laboratoire Chimie bio-inspirée et Innovations écologiques (ChimEco), une unité mixte de recherche associant le CNRS et l’Université de Montpellier. L’entreprise a été co-fondée avec la startup studio Technofounders et le CNRS.
 
Installée lui-aussi au sein du Biopole Euromédecine, ChimEco a développé deux technologies écologiques, qu’elle a expérimentées sur le site de Malines à Saint-Laurent-le-Minier (Gard). Les sols de cette ancienne mine de zinc étaient si dégradés que plus rien n’y poussait. ChimEco les a réhabilités en les revégétalisant avec plusieurs variétés de plantes locales, dont le tabouret bleu qui développe la faculté de séquestrer les polluants dans ses feuilles.
 
Une fois récupérées, les feuilles chargées de zinc ont ensuite été utilisées comme catalyseur écologique, afin de produire grâce à lui différentes molécules biosourcées, très recherchées pour la fabrication de médicaments, de matériaux, de produits cosmétiques… C’est ici la deuxième technologie mise au point par Chimeco.

« Nous avons ainsi obtenu plusieurs milliers de molécules, dont certaines sont susceptibles de donner naissance à de nouveaux produits capables de remplacer pesticides, insecticides de synthèse ou même des molécules issues de la pétrochimie », souligne Claude Grison, la directrice de ChimEco et directrice scientifique de Bioinspir, une chercheuse récompensée au cours de sa carrière par plus de dix Prix, dont la médaille de l’Innovation du CNRS en 2014 et le Prix Alexandre-Joannidès de l’Académie des Sciences en 2016.

Grâce à ces technologies, Bioinspir a déjà plusieurs clients, les uns séduits par son procédé unique de dépollution de l’eau, les autres par les molécules qu’elle produit.

« Nous faisons de la chimie durable, dans le respect de l’environnement », résume Claude Grison.

Bioinspir, une nouvelle pépite de Med Vallée.  
Il y a 0 commentaire sur cette page