Toutes les actualités

Cancers : les tests sanguins de NovaGray améliorent l’efficacité des radiothérapies

Information mise à jour le 01/02/19

Valorisant dix ans de recherche à l’Institut du Cancer de Montpellier, NovaGray développe depuis 2015 des tests sanguins prédictifs pour adapter les radiothérapies à la sensibilité du patient. Un fleuron montpelliérain de l’innovation en santé.

Cancers : les tests sanguins de NovaGray améliorent l’efficacité des radiothé-rapies

Clémence Franc et le Pr David Azria, à l’entrée de l’Institut du cancer de Montpellier (ICM)

Née en octobre 2015, NovaGray a remporté à deux reprises le concours national d’entreprises innovantes iLab. Ses fondateurs ? Clémence Franc, ingénieure et diplômée d’HEC Entrepreneurs, et le Pr David Azria, coordonnateur du pôle de radiothérapie oncologique de l’Institut du Cancer de Montpellier. A leur palmarès, une dizaine de prix, dont le classement en 2017 de Clémence Franc parmi les 10 innovateurs français de moins de 35 ans de la revue du Massachusetts Institute of Technology (MIT) et les personnalités de moins de 30 ans de Vanity Fair.

Très tôt, NovaGray a trouvé de l’appui à Montpellier : « Depuis juillet 2015, soit avant la création de l’entreprise, nous sommes accompagnés par le BIC de Montpellier. J’apprécie son soutien en terme d’image, de réseau, de financement, souligne Clémence Franc. La Métropole de Montpellier a fait de la santé un axe majeur de développement et d'innovation. »

Cancer du sein et cancer de la prostate

Si la radiothérapie soigne en irradiant et détruisant les cellules cancéreuses, elle peut entraîner des effets secondaires. Grâce au test sanguin de NovaGray, l’oncologue radiothérapeute évalue en amont la sensibilité d’un patient à la radiothérapie. Cela lui permet d’adapter précisément le traitement. Une innovation protégée par deux brevets détenus par l’ICM et l’Université de Montpellier.

Un troisième, déposé par NovaGray, porte sur l’industrialisation des tests. NovaGray a d’abord mis au point un test lié au cancer du sein, qui touche en France 50 000 nouvelles femmes par an, puis un test adapté au cancer de la prostate, le plus fréquent chez l’homme (plus de 48 000 nouveaux cas par an).

Mobilisée par ses recherches durant trois ans, NovaGray aborde une nouvelle étape fin 2018, selon Clémence Franc :

« Après avoir finalisé les étapes de validation clinique, nous nous concentrons à présent sur la démonstration de l'utilité clinique. Avoir des données quantifiant les bénéfices cliniques et médico-économique apportés par le test NovaGray Breast® est nécessaire afin d'obtenir une prise en charge officielle. »

Il y a 0 commentaire sur cette page